index.png

COTTWEILER

4 février 2019

photographies Stefano Della Salda

texte Cyril Vinchon

 

L’impact de la technologie sur les interactions humaines était particulièrement visible lors du défilé Cottweiler automne-hiver 2019. C’est dans un parking souterrain près du Museum of London et du Barbican Centre que le défilé a eu lieu, et on peut sans crainte dire que chez Cottweiler, la saison s’annonce simple mais redoutablement efficace en terme de mode. Matthew Dainty et Ben Cottrell ont brillamment conservé le contraste entre le naturel et l’aspect technique, le sportif et le fétichiste, qui sont la patte de la maison. On note aussi que l’esprit cruising est bien présent, et confère aux créations un caractère sans conteste innovant. L’homme de 2019 peut sans problème porter ces vêtements résolument élégants, sans pour autant laisser son côté avant-gardiste au placard : comme toujours, la maison remet en question, et non sans brio, les codes du vestiaire masculin.

IMG_1468 1.jpg
IMG_1713.jpg
IMG_1762.jpg

La collection comprend des pantalons et des chemises en soie imprimée mousse (subtil rappel du lichen accroché aux sculptures/fontaines faisant partie du décor), des appliqués mohair, des peaux de moutons mérinos teintées à la main, des vestes Soft Shell à régulation thermique… Cottweiler fait aussi la part belle aux hauts floqués Lotus, et Mercedes-Benz. Les collaborations sont en effet nombreuses, et ou avons ainsi vu Cottweiler et Allegri s’unir pour une collection capsule époustouflante et racée de dix pièces d’extérieur incontournables. Toutes ces créations sont conçues dans une palette de couleurs sobres mais envoûtantes comprenant l’IKB (International Klein Blue), du vert mousse, du vert pomme, du noir, des beiges, entre autres.

IMG_1720.jpg
IMG_1558.jpg
IMG_1670.jpg

Le style de rue a une place très importante dans la collection, et c’est sans surprise qu’on a vu réapparaitre les « sneafers » (contraction de sneakers et loafers, ou « mocassin-basket ») issus d’une nouvelle collaboration avec Reebok. Les lunettes de soleil, signées Andy Wolf, ont fait ressortir le Thomas A . Anderson alias Neo, qui sommeillait chez les mannequins foulant la dalle glacée et humide du parking souterrain londonien. On serait tenté de dire que les pantalons à taille haute donnent un aspect rétro à la collection, mais cela trahirait ce qui ce dégage réellement de cette série de 27 modèles. Hypnotisante, captivante, et intemporelle : voilà les mots justes pour qualifier cette nouvelle collection automne-hiver 2019.

low_1636.jpg
 

cOTTWEILER AUTOMNE-HIVER 2019

English version here.